Association Française des Amateurs d’Horlogerie Ancienne

Revue N°88


Tarifs des revues et publications
           Au sommaire du numéro 88 2 ème semestre 2020

Afaha revue 88

  • Mot du président 5
  • Un automate écrivain-dessinateur de Maillardet
    par Hélène Fima-Leonardi 6
  • XVIIIe siècle : les échappements cherchent leur voie...
    par Joseph. Flores 21
  • La surrer, une grande sonnerie méconnue
    par Gilles Ribierre 28
  • La restauration d’une montre extraplate Robert & Brandt
    par Francis Rossignol 36
  • Chronographes de bord d’aéronefs soviétiques
    par Bernard-Paul Eminet 51
  • Un compteur à secondes primitif attribué à Henri Robert
    par AugustinGomand 61
  • Astuce et créativités de nos maîtres horlogers
    par Claude Larcher 80
  • Quel est ce mouvement ?
    par Jean-Pol Poupé 89
  • L’École d’horlogerie de Florence
    par Manrico Nocci 99
  • Établissement mixte de Breguet
    par Alain Chapeau 105
  • La compensation thermique et l’erreur secondaire du balancier-spiral
    par Francis Cresens 112
  • Chronomètre Tiede Berlin 311
    par Francis Cresens 115
  • La force constante de Breguet reconstruite
    par Alain Chapeau 118
  • Une recherche parmi d’autres
    par Joseph Flores 126
  • Échappements : effets structurels
    par Joseph Flores 130
  • Du côté des horlogères
    par Joële Mauerhan 146
  • Comptes-rendus de lecture
    par Joële Mauerhan 147
  • Comptes-rendus AG 2020
    par J.-L. Caron et F. Jacoutot 155
  • Divers 158
  • Joli coup de pinceau ! 160

Un automate écrivain-dessinateur de Maillardet, joyau du Franklin Institute de Philadelphie
par Hélène Fima-Leonardi page 6.

Exceptionnelle, cette mécanique l’est, tant par sa taille que par son histoire. Elle fut réalisée par (pour) Henry Maillardet à Londres et est conservée aujourd’hui au Franklin Institute de Philadelphie. Il ne s’agit pas ici d’analyser cet automate, mais plutôt d’apporter un éclairage nouveau, et en particulier de rétablir le fil de son histoire, de Londres à Philadelphie. Le texte de cet article reprend partiellement le contenu de mon livre «Le magicien des Maillardet», publié l’année dernière aux éditions Watchprint

Couverture :  Montre de Jean-Pierre Tavernier

La «Surrer », une grande sonnerie méconnue           

                                            

 La «Surrer », une grande sonnerie méconnue
par Gilles Ribierre page 28.

 L’origine de cet ingénieux mécanisme de sonnerie est pour le moins obscure, tout au plus, quelques éléments permettent de penser qu’il serait apparu dans le sud de l’Autriche (Tyrol ?) ou le nord de l’Italie dans le second quart du XVIIIe siècle. Quelques rares horloges en fer de facture italienne munies de cette sonnerie semblent en attester la présence dans cette zone géographique à cette époque, mais sans réelle certitude.

XVIIIe siècle : les échappements cherchaient leur voie... par Joseph Flores page 21.

Sur communication de Claude Larcher Si le XVIIIe siècle fut nommé «Le siècle des Lumières», ce n’est sans doute pas pour le progrès effectué en horlogerie et pourtant, c’est aussi durant ce siècle que les avancées furent les plus marquantes, et principalement dans le domaine des échappements que l’on dit « être le cœur de la montre ».

 

Quel est ce mouvement ?

Quel est ce mouvement ?
par Jean-Pol Poupé Président de l’association À la recherche du temps perdu page 89.

Un soir, lors d’une des réunions de notre association mon ami André me présente un objet récupéré dans un lot de diverses pièces d’horlogerie (Fig. 1). Ne pouvant lui répondre immédiatement je propose qu’il me confie la « chose » pour effectuer une recherche approfondie.

Astuces et créativités de nos maîtres horlogers !
par Claude Larcher page 80

Depuis des années j’avais dans un tiroir une montre dite torpilleur ayant appartenue à la Marine Nationale signée E. ( Emmanuel) BOUDEAUD (1866/1924) successeur des chronométriers WINNERL et CALLIER rue Pergolèse à Paris. C’est un calibre 22 lignes et elle est accompagnée par son coffret en acajou 3 parties.

Astuces et créativités de nos maîtres horlogers !

Un compteur à secondes primitif attribué à Henri Robert

Un compteur à secondes primitif attribué à Henri Robert
par Augustin Gomand page 61

En horlogerie, les pièces les plus simples sont parfois celles qui soulèvent le plus d’interrogations. La montre présentée ici (Fig. et 1 et 1a) en est un bon exemple : d’origine inconnue, sans signature apparente, le mouvement – très sobre quoique d’assez belle finition – ne comporte en tout et pour tout que trois roues, pour mouvoir une unique aiguille et indiquer des secondes sur un cadran d’une minute. Quelle pouvait-être l’utilité de cet objet ? Qui l’a réalisé ?

L’École d’Horlogerie de Florence.
par Manrico Nocchi membre AFAHA page 99.

Selon un lieu commun, l’Italie est le pays du soleil; il ne vient pas et n’a pas été paralysé par la neige comme cela s’est produit en Europe centrale pendant des mois entiers.

L’École d’Horlogerie de Florence.

Étabt mixte de Breguet

Étabt mixte de Breguet
par Alain Chapeau page 105

Notre ami et MOF, Alain Chapeau a souhaité partager une de ses restaurations, toujours aussi exceptionnelle : la manivelle d’un échappement à cylindre en rubis. Cela indique déjà la réalisation d’un exploit, mais avant de le laisser s’exprimer, faisons un petit peu d’histoire.

Une recherche parmi d’autres !
par Joseph Flores page 126

Parcourant le tome 1 de 1’ouvrage de Ferdinand Berthoud «Essai sur l’horlogerie », (Fig. 1), j’arrive sur la page 168 aux numéros 512 et 513 (Fig. 2) intitulée : De l’usage de la machine représentée Pl. XVIII, fig. 13 et 14 (Fig. 3 ) et de me souvenir que j’avais déjà vu ça quelque part, que j’en avais quelques photos, et comme la chose est relativement rare, c’est l’occasion pour vous les présenter

 088 20201115 j_berthoud_rouleau_complet

 

La compensation thermique et l’erreur secondaire du balancier-spiral 

ULa compensation thermique et l’erreur secondaire du balancier-spiral 

La compensation thermique et l’erreur secondaire du balancier-spiral
par Francis Cresens page 112

Pour une horloge de précision, il est indispensable qu’elle donne l’heure la plus précise possible dans toutes les circonstances. Pour cela son organe réglant doit avoir, entre autres, une précision indépendante de la température.

La force constante de Breguet reconstruite. 
par Alain Chapeau page 118

Notre ami et MOF, Alain Chapeau, qui n’en est pas à son coup d’essai, a décidé d’en réaliser une copie en modèle de démonstration. Voici ce qu’il nous a communiqué, qu’il en soit remercié.

 « La force constante de Breguet reconstruite.

 Chronographes de bord d’aéronefs soviétiques

Chronographes de bord d’aéronefs soviétiques
par Bernard-Paul Eminet

Relation entre un chronographe de bord suisse et un avion de chasse soviétique MIG 29 des années 70 ? En 1930, la firme suisse Jaeger-LeCoultre conçoit pour les avions la Chronoflight (ou Chronoflite), un chronographe proposant l’heure et des compteurs de temps écoulé.

La restauration d’une montre extraplate Robert & Brandt
par Francis Rossignol page 36

La mise au point d’une montre extra-plate est un exercice de style délicat à réaliser. Ce qui explique qu’un calibre extra-plat soit considéré comme une véritable complication horlogère, au même titre qu’un calibre squelette, un quantième perpétuel, un indicateur de réserve de marche, un dispositif à tourbillon, une répétition à minutes.

  Chronographes de bord d’aéronefs soviétiques

 Échappements : Effets structurels

 

Échappements : Effets structurels par Joseph Flores page 130

Aucun des centaines d’échappements imaginés par le génie des horlogers depuis cinq siècles, n’est à l’abri de perturbations, dues principalement aux chocs que subissent les montres, déjà dans le gousset, mais encore plus lors du portée au poignet, et en ne parlant que des échappements libres, ceux à reculs et à repos frottant ne pouvant rivaliser.

ATTENTION

 

5 ème Bourse Horlogère de Dourdan

report à 2021

Le Lion’s Club de Dourdan est contraint de reporter la 5ème bourse horlogère qui devait se dérouler le 22 novembre 2020 compte tenu des nouvelles contraintes Covid pour l’Ile de France.

Nouveau rendez-vous : dimanche 21 novembre 2021.

Communiqué par Claude Hamet le 8 octobre 2020.

RGPD Afaha| Powered by CMSimple| Template: Cédric Guicherd| html| css| Login