Revue N°82

Tarifs des revues et publications
Au sommaire de la revue N° 82 2e semestre 2017 :

 

 

Revue AFAHA 82 2d semestre 2017

 

 

  • Mot du président
  • Poème : L’horloger de la poésie par Philippe Larue
  • Le tambourin, chaînon entre l’horloge et la montre par Joseph Flores et Heinz Mundschau
  • Les horloges de Pont-Farcy (suite) par Daniel Cousin
  • À propos d’Antoine Vandersteen par Jean-Pierre de Caluwé
  • Le chronomètres de marine n° 3194 de Breguet et Fils par Bernard Roobaert
  • Matricules 1655, 2741, 3658, 4283 des Breguet et Fils par Joseph Flores 
  • Régulateur de parquet par Paul Zeimet
  • Horloges, horlogers et musées de Florence Italie par Nocchi Manrico
  • Une dynastie horlogère de 1750 à 1914 (suite) par Lionel Gaudefroy
  • Lecture par Joëlle Mauerhan
  • Voyage annuel en Normandie
  • Réunion région Bourgogne-Franche-Comté
  • Réunion région Aquitaine, Poitou, Charente
  • Réunion région Auvergne
  • Réunion région Normandie
  • Rencontre en Belgique
  • Courrier des lecteurs
  • Bourse de Mer 2018
  • Distinction
  • Une récompense bien méritée !
  • Petites annonces
  • Nécrologie

 

Croquis Tambourin Revue AFAHA 82 2d semestre 2017

Histoire et étude du « tambourin », le chaînon entre l’horloge et la montre par Joseph Flores

Tout au long du XVIe siècle, qui vit une horlogerie miniaturisée et transportable se développer, un style très simple fit relativement flores : le tambourin. Sa construction peut être considérée comme le chaînon reliant l’horloge et la montre. L’Allemagne, qui participa à cette évolution a, depuis de très nombreuses années, mis un de ses horlogers - plutôt serrurier/forgeron - en avant, sur le sujet de celui qui aurait fait la première montre et pourquoi pas, sous la forme d’un tambourin.

P H ! Les horloges de  Pont-Farcy par Daniel Cousin (suite du n° 81)

Créée au XVIIe siècle en Grande-Bretagne, la « lantern clock » (qui doit son appellation à sa forme générale, avec le campanile, ressemblant à une lanterne d’éclairage ), a été introduite vers la fin du XVIIe siècle en France, d’abord par la Normandie toute proche, et à Paris puis dans les grandes villes françaises. 

Lantern Clock
2017_semestre_2

À propos d’Antoine Vandersteen par Jean Pierre De Caluwé

La première partie de la carrière professionnelle d’Antoine s’est déroulée à Bruxelles. Il émigre ensuite en France. Installé comme horloger à Paris à partir de 1810 (4), mais déjà présent en région parisienne dès au moins 1797. Malade depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, soigné par deux médecins, les docteurs Laguerre et Dumangeon, Antoine Vandersteen est décédé à Paris, en son domicile de la rue de l’Echiquier, le 17 mai 1822, selon l’inventaire dressé après son décès.

Le chronomètre de marine n° 3194 de Breguet & Fils par Bernard Roobaert,Hon FBHI

Observations pour l’horloge marine N° 3194 de Mrs Breguet & Fils : Nous avons adopté pour nos horloges marines une distribution systématique, qui permet de donner à chaque partie sa perfection relative, et facilite généralement l’exécution par la division du travail. Le système entier de l’horloge se compose de quatre systèmes particuliers, qui sont :

1° le moteur ;

2° le rouage ;

3° l’échappement ;

4° le régulateur.

 chronomètre numéro 3194, par Breguet
Matricules 1655, 2741, 3658 et 4283 des Breguet et Fils !

Matricules 1655, 2741, 3658 et 4283 des Breguet et Fils ! par Joseph Flores

En complément à la communication de notre ami Bernard Roobaert, sur le chronomètre numéro 3194, en fait une lettre écrite par Breguet décrivant cette réalisation comportant un dispositif un peu particulier sur la roue d’échappement, j’ai la possibilité de vous présenter quatre autres chronomètres, dont un est de Breguet l’ancien, c’est-à-dire Abraham Louis, et les trois autres signés Breguet et Fils. Ces quatre réalisations sont respectivement :

1)  Les numéros 4283 et 3658 à deux barillets en parallèles déjà présenté respectivement dans nos revues N° 31 et 33.

2)  Le numéro 1655 à un barillet et fusée présenté dans notre numéro 32.

3) Le numéro 2741 composition très particulière.

Régulateur de Parquet par Paul Zeimet

à secondes, sonnerie d’heures et musique mécanique de Roentgen & Kinzig à Neuwied vers 1785 - 1790 Le mécanisme du régulateur se compose de 3 modules imbriqués :

Un module servant à affi cher le temps, à commander la sonnerie et à déclencher l’automate à musique, appelé ci-après « mouvement »,

Un module pour la sonnerie,

Un module pour la musique mécanique.

Ces trois modules sont activés séparément par des poids mouflés.

 Régulateur de Parque

 

 

 Groupe de restauration de pendules anciennes

 Horloges, horlogers et musées de Florence Italie Par Nocchi Manrico (membre de l’AFAHA, membre du GROA)

Depuis environ un an, les salles du célèbre musée Stibbert de Florence résonnent des tics-tacs et des sonneries des horloges faisant partie de la prestigieuse collection du musée.

Ces splendides chefs-d’œuvre remontant aux 16e, 17e et 18e siècles, ont repris vie grâce à une initiative louable née de la rencontre de 3 entités importantes : le Musée Stibbert, l’Association Toscane d’Horlogers et l’Institut Technique Industriel « Léonard de Vinci » de Florence. Et sous l’impulsion déterminante du Professeur Andrea Palmieri, un groupe de restauration de pendules anciennes a été créé.

Une dynastie horlogère de 1750 à 1914 à la frontière normano-picarde, les GAUDEFROY par Lionel Gaudefroy

Parmi nos horloges recensées, nous pouvons en distinguer deux types : le modèle picard et la «Saint-Nicolas», le premier étant généralement plus ancien que le second. Nous nous intéresserons dans un premier temps aux horloges signées : Gaudefroy à Beaucamp le Vieil, Beaucamp vieil, Beaucamp le vieille.

 Une dynastie horlogère de 1750 à 1914 : les GAUDEFROY