Association Francaise des Amateurs d'Horlogerie Ancienne

Revue N°78

 

membres afaha 18 euros
prix public 25 euros
port compris
           Au sommaire de ce numéro :
  • Mot du président
  • Une princesse presque oubliée par Joseph Flores
  • Le calendrier perpétuel de Palerme par Giovanni Paltrinieri
  • Horloge avec échappement à force constant par François Buffard
  • Rhabillage d’un quantième simple par Tiffany Mertenat
  • Présentation d’études de boîtiers de montre par Marion Gloret
  • Au cœur de l’industrie de la boîte de montre par Georges Cattin
  • La genèse du chronographe par Arnaud Tellier
  • Compteur de tierces - 1771 - J. Klindworth Göttingen par Fabian Kühni
  • M.-J. Ransonet, précurseur de la boîte à musique ? par Marie-Louise Wey et Étienne Blyelle
  • Comptes-rendus de lecture par Joëlle Mauerhan
  • AFAHA - Voyage annuel 2015
  • Courrier des lecteurs
  • Bourses
  • Réception à Toulouse
  • Exposition
  • Région Aquitaine/Poitou/Charente
  • Petites annonces
  • Remise de prix
  • Vol
  • Acquisitions
  • Nécrologie
  • Appel à conférenciers


Page une de couverture : Montre à musique de Ransonet vers 1771

La montre de l’horloger Michel Joseph Ransonet est la première montre à lames vibrantes en acier trempé connue à ce jour. Elle a été fabriquée autour de 1770, et son créateur, Ransonet, reçoit le 8 mai 1772, le prix de l’Académie Royale des Arts et des Sciences de Nancy « pour son invention d’une montre jouant à volonté un air en duo » (c’est à dire deux airs).

Une princesse presque oubliée par Joseph Flores

Ce régulateur (Fig. 1), comme cela a été précisé dans l’avant-propos, a fait l’objet d’une description détaillée sous le titre de «Inventaire général du patrimoine culturel» et sous la désignation de «Régulateur astronomique Fénon n° 45 dit «La princesse».  Ce document se trouve intégralement en ligne sur Internet

Le calendrier perpétuel de Palerme par Giovanni Paltrinieri

Au couvent palermitain des Pères dominicains, autour de la porte d’entrée de la vieille bibliothèque, est peinte une fresque avec un calendrier perpétuel d’un intérêt remarquable, daté de 1723.

Horloge avec échappement à force constant par François Buffard

Son histoire débute en 1890 lorsque la municipalité de Morez fait appel aux horlogers locaux (Mayet-Tissot, Louis-Delphin Odobey Cadet, Prost Frères et Paul Odobey) pour fournir un mécanisme destiné au nouvel hôtel de ville, encore en construction à l’époque.