2011


 

2011

 

2011

2011

 

 

L'ALSACE DU 28/03/2011

L'Alsace 2011 

Algolsheim – À l’heure pour le changement d’heure

2011

 

Les Jeunes sapeurs-pompiers d’Algolsheim ont été les organisateurs de cette première exposition. Photo Gérard Kubler

Au jour du changement d’heure, la salle polyactivités d’Algolsheim a résonné d’horloges en tous genres pour l’opération « Horloge Troc », première du genre.

La première « bourse horlogère » d’Alsace est née à l’initiative du maire d’Algolsheim, André Sieber, et prise en charge par l’association des JSP d’Algolsheim que préside Jean-Michel Dassonville. L’occasion de rassembler les amateurs et collectionneurs d’horlogerie ancienne et moderne. Kevin Langalis, JSP : « Cela me plaît bien et l’idée du maire est géniale. Une telle journée permet de discuter avec des personnes que l’on ne connaît pas forcément ». Mogane Bato JSP : « les exposants sont venus pour faire partager la passion des horloges ». Yves Sporer de Sigolsheim présent à Horloge Troc est depuis une dizaine d’année collectionneur de réveil de marque "Jaz". Le plus ancien des 80 réveils qu’il a apportés datait de 1925. « Au moins vous avez l’heure ! », lui dit Benoît Roth, maire de Volgelshem de passage au stand. Gérard Striebig, ancien de la douane du Pont du Rhin, domicilié à Gueberschwihr, est collectionneur depuis 30 ans. Aux côtés de son épouse, il a été tout fier de présenter une horloge style Louis XIV et réalisée en grande partie par des artisans du coin. « Elle est en bois de merisier, et c’est moi qui ai retapé les mouvements ». Et il ajoute « le tic-tac du balançon, c’est un bonheur de pouvoir l’écouter, une musique pour l’horloge ». Yannick Neunlist de Battenheim est lui marchand d’horloges et de pendules anciennes. « Je suis venu ici à Algolsheim, car je savais qu’André Sieber était un passionné ». Il a qualifié cette première opération Horloge Troc de réussite. « C’est vrai, précise-t-il, qu’il faut connaître, avant de pouvoir acheter ». Denis Kleinknecht, délégué de la Région Est de l’association française des amateurs l’horlogerie ancienne dont le siège se trouve à Besançon et qui regroupe plus de 1300 membres a qualifié cette exposition « de modeste, intéressante. Il est vrai qu’il faut du temps pour se faire connaître. C’est également très intéressant que des jeunes s’engagent dans une telle opération. Je trouve qu’on a fait le bon choix ». Guy Bourdouleix de Villeneuve d’Amont a présenté une Comtoise avec quatre cloches de l’époque de Louis XIV. Il va ouvrir le 1 er mai le musée de l’horlogerie comtoise à Salins de Beaune (Jura). Il est collectionneur depuis 30 ans des montres LIP (1200 montres). André Sieber conclut « Il s’agissait bien là d’une attente de la part du public ».

L'ALSACE DU 28/03/2011

.